Biographie

Livres publiés

Récompenses

En décembre 2014, les Trophées Montaigne lui remettent un “Dargaa d’or” dans la catégorie culture, une récompense qui distingue un français vivant en Belgique et dont le travail rayonne à travers différents pays.

En février 2018, 1749 miles a remporté le CLA Book Award du meilleur roman inspiré de faits historiques, décerné par l’ensemble des bibliothèques d’Aulnay-sous-Bois.

En avril 2019, 1749 miles est lauréat du Prix Première Victor du livre jeunesse, lancé par le Fonds Victor et la RTBF.

En Mai 2019, 1749 miles remporte le Prix ado Hautes-Pyrénées Tout en Auteurs 2019.

Mes éditeurs

1974 : naissance à Grenoble, capitale historique du Dauphiné.

1975 : le 22 février, souffle sa 1re bougie.

1976 : déteste le tricycle. Oblige sa grand-mère à accrocher une corde pour la tirer, vu qu’elle n’avance pas.

1977 : jette, le cœur gros (si elle s’en souvient), ses « toutouilles », compagnes de ses premières années, mais les remplace vite par la lecture. Fait d’ailleurs croire à un ami de ses parents qu’elle sait lire. Elle a juste une très très très bonne mémoire.

1978 : expérimente le pouvoir de l’imagination. Ses parents sont convoqués par la maîtresse. Fabienne est un leader, elle met en scène ses camarades à la récréation. Peut-être regarde-t-elle trop la télévision ? SAUF, qu’on n’a pas la télé à la maison…

1979 : fait du skate-board dans la descente qui va au Château. S’éclate sur les pistes de ski. Se débrouille parfaitement en natation. Bref, une sportive ?

1980 : la coiffeuse lui fait une coupe à la « Mireille Mathieu ». Rêve secrètement de devenir Superman. La 2e phrase a (peut-être) un lien avec la 1re. À suivre.

1981 : naissance de Thomas, son petit frère. L’homme de ses vies.

1982 : joue un canard dans un spectacle de fin d’année. Se casse la figure sur scène. Est ovationnée pour son rôle.

1983 : déménagement à la Roche-sur-Yon, Vendée. Est inscrite dans une école privée et catholique. Se voit bien devenir religieuse.

1984 : naissance d’Ève, sa petite sœur. Sans doute inspiratrice de Lili, la coquette des Coquinettes.

1985 : devient championne de Vendée de rollers, alors baptisés patins à roulettes. Ira jusqu’au championnat de France mais n’arrivera que 5e. Veut devenir vétérinaire et traîne chaque week-end ses parents au haras de la Roche-sur-Yon.

1986 : se casse le bras en roulant, en rollers toujours, sur une peau d’orange.  Si elle remonte sur les patins, elle parvient à faire comprendre à ses parents que la danse « moderne jazz », ce n’est vraiment pas son truc. Qui a parlé d’éléphant ?

1987 : ses parents déménagent à Annecy. Doit suivre le mouvement.

1988 : économise son argent de poche pour s’acheter un jean CLOSED. Ras le bol de la marque TEX.

1989 : année où commence son obsession du cinéma. Se fait au moins deux toiles par semaine et, si le rythme a un peu ralenti, continue à fréquenter assidûment les salles obscures.

1990 : découvre les croissants aux amandes de la rue Royale. En fait, son péché mignon pendant son année de seconde.

1991 : vote pour le nom de son nouveau lycée. Elle avait proposé Camille Claudel, c’est Charles Baudelaire qui l’emporte. Aurait pu devenir féministe. Mais non.

1992 : se rend compte qu’elle est douée aux cartes : tarot, belote, coinche. Aurait pu envisager une carrière au Poker, mais évidemment la Conseillère d’Orientation ignore ses aptitudes. Obtient en juin, sans trop se fouler, le BAC & le permis.

1993 : se luxe l’épaule droite au ski.

1994 : se reluxe l’épaule droite au volley, en tournoi universitaire.

1995 : se fait opérer de l’épaule gauche. Mais non, de la droite ! Bravo à ceux qui suivent. Ils seront ravis d’apprendre qu’elle a désormais une butée pour bloquer son bourrelet glénoïdien. Même pas mal.  Enfin, c’est ce que retiendra la légende !

1996 : déménage à Paris. Tout est possible. Elle travaille même au ministère des Affaires étrangères.

1997 : obtient sa maîtrise d’Histoire avec mention TB.

1998 : entreprend un DEA à Jussieu. Profite à fond de ses conventions de stage. Enfin, ses employeurs surtout… Après RTL, rentre en stage à M6 et rencontre la personne qui partagera sa vie, quelques années plus tard. Part à New-York et réalise son 1er rêve.

1999 : réalise son 2e rêve. S’inscrit à la Sorbonne et obtient son DESS en Audiovisuel.

2000 : visite tous les musées de la capitale. Avec une préférence pour Orsay et le Museum national d’Histoire naturelle.

2001 : est embauchée par TF1.

2002 : prend des cours d’œnologie et écrit en parallèle, mais ça n’a rien voir, des concepts d’émissions télé.

2003 : après avoir laissé sa rotule, son ménisque et ses ligaments croisés sur une piste noire à Chamrousse, place chez Cuisine TV sa série documentaire « Vous prendrez bien du fromage ».

2004 : prend la sage décision à 30 ans de quitter la télé. Se souviendra qu’à TF1 on lui dit que « les émissions de cuisine en télé, n’ont pas d’avenir ». Son frère lui fait rencontrer, pour sa 2e vie, sa première illustratrice.

2005 : 1res parutions littéraires chez Fleurus. Zoé, Princesse Parfaite. 4 albums d’un coup. Joli mois de mai.

2006 : travaille dans une librairie jeunesse. Dévore albums et romans ados. Le paradis, sauf les cartons qui tuent le dos.

2007 : n’arrive toujours pas à boire 2 litres d’eau par jour. Et pourtant sait que c’est bon pour la santé.

2008 : reprend une activité en télé, comme consultante. C’est mieux.

2009 : n’a plus besoin de lire la recette pour réussir son « fameux » sablé à la banane.

2010 : devient tatie pour la 1re fois et se dit qu’elle a bien fait de devenir auteur. Neveu 2 et neveu 3 suivront. Nièce 1 aussi, d’ailleurs.

2011 : arrive enfin à dire en une fois, sans se planter : Supercalifragilisticexpialidocious. Aurait aimé inventer cette formule mais ne désespère pas d’en trouver une aussi originale.

2012 : sans lien de cause à effet, se marie et attrape la scarlatine, alors qu’elle n’a jamais eu aucune maladie infantile.

2013 : signe chez Hachette la collection Les Coquinettes.

2014 : déclare en interview se sentir comme la fille cachée de la Comtesse de Ségur et d’Enid Blyton, sans omettre le culte qu’elle voue à Jules Verne. Son chat roux s’appelle Jules en hommage. Remporte un « Dargaa d’Or » (Je suis ton père) qui la distingue pour son parcours. A sa trombine dans Paris Match ce qui fait plaisir à sa famille.

2015 : Zoé, Princesse Parfaite est (enfin) traduit en anglais. C’est sa 20e langue. Happy !!

2016 : Décembre. Sortie de son 1er roman 1749 miles.

2017 : Sortie du roman Carafouille : l’intégrale.

2018 : Collaboration avec Albin Michel Jeunesse sur une nouvelle collection « Premières Lectures » Emma & Loustic.

2019 : janvier : parution du 100e livre !

Alors, comme disait la mère de Napoléon : « POURVOU QUÉ ÇA DOURE ! »